Victor Bourgeau

p5 c3 1-2-06 GSM chapelle en 1904Anonyme, Vue du chœur de la première chapelle du Grand Séminaire de Montréal, dont le décor fut conçu par Victor Bourgeau

Victor Bourgeau (1809-1888) dessina et exécuta le décor intérieur de la première chapelle du Grand Séminaire de Montréal, après que John Ostell (1813-1898) en eût érigé la structure extérieure entre 1854 et 1857.

Bourgeau était né à Lavaltrie et avait appris très tôt à travailler le bois auprès de son père, puis de son oncle et homonyme. Il s’était initié à l’architecture auprès de John Ostell. Il eut une carrière prospère, notamment à titre d’architecte du diocèse de Montréal, région où il devait se faire connaître en remplissant plusieurs commandes pour des paroisses et communautés religieuses.  Après lui avoir confié le décor de la chapelle du Grand Séminaire, les Sulpiciens firent appel à lui pour concevoir la décoration de la basilique Notre-Dame (1874-1880), reconnu depuis comme le chef-d’œuvre incontesté de Bourgeau.

La première chapelle du Grand Séminaire était orientée vers le nord et surmontée d’un étage qui servit successivement de dortoir et de bibliothèque. Elle fut consacrée le 17 octobre 1864, sept ans après l’inauguration du bâtiment.

Elle se composait d’une nef unique, dont la voûte, en cintre surbaissé, était ornée de fresques réalisées par Jacob Heldt (ou Held), un peintre décorateur d’origine allemande qui vécut à Montréal de 1862 à 1868, période durant laquelle il décora notamment la chapelle de l’Hôtel-Dieu de Montréal ainsi que l’église Saint-Patrick.

Pour la chapelle du Grand Séminaire, Bourgeau avait conçu un chœur de très vastes proportions dans lequel quatre rangées de stalles, placées latéralement de part et d’autre, pouvaient accueillir prêtres et séminaristes. Dans la nef, dont l’entrée principale donnait sur la rue Sherbrooke ouest, une dizaine de rangées de bancs étaient réservés aux fidèles.  La tribune de l’orgue, située au-dessus du narthex, était éclairée par deux hautes fenêtres en plein cintre.

Enchâssé dans un retable épousant la forme d’un double arc de triomphe de style corinthien, le maître-autel (actuellement prêté à la cathédrale Saint-Jean l’Évangéliste, à Longueuil) s’ornait sur le devant d’un haut-relief en bois représentant La Dernière Cène.

Au-dessus du maître-autel, un grand tableau dépeignant La Descente du Saint-Esprit était en fait une copie d’un tableau du peintre de Louis XIV, Charles Le Brun (1619-1690), qui avait été réalisé en 1657 pour la chapelle du Séminaire de Saint-Sulpice, à Paris, à la demande de Jean-Jacques Olier (1608-1657), fondateur de la Compagnie de Saint-Sulpice.

Moins de cinquante ans après son inauguration, la chapelle était devenue trop petite pour les besoins du Séminaire. Elle dut donc céder la place à une seconde chapelle de plus grande dimension au décor radicalement différent (voir Historique et Jean-Omer Marchand).

______________

To come.

For more information on Victor Bourgeau, we invite you click on the following link: http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=7283&type=pge#.Uf0SbKy2_Q

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s